Vous êtes ici : Accueil boutique / L I T T E R A T U R E / PIECES de THEATRE / MATEI VISNIEC / LE DERNIER GODOT

LE DERNIER GODOT

LE DERNIER GODOT
Mateï VISNIEC

La rencontre entre Beckett et son personnage, Godot, révolté de ne pouvoir s’exprimer dans En attendant Godot.

Deux hommes jetés à la porte d’un théâtre ; Beckett, l’auteur, et Godot, le célèbre personnage qu’on attend toujours. Le théâtre va mourir, mais Godot veut exister. Peu à peu le public se forme autour des deux hommes ; le théâtre est encore vivant.

Extrait : Beckett : Attendri Maintenant, ces dernières années, j’avais pris l’habitude de me faufiler dans la salle, je restais au fond, dans le noir…Je guettais…Oh, j’ai aimé une chimère… Ils s’embrassent. Godot : Sur l’épaule de Samuel Beckett Qu’est-ce qu’on va faire maintenant ? Tout s’affaisse…Le trottoir…On va crever comme des rats. Beckett : Allez, on va pas crever. Godot : Pleurnichant. Je ne pourrai pas vivre sans théâtre…je ne ferai pas de vieux os…Chaque soir j’étais dans la salle, j’étais parmi les gens, je vivais…je souffrais comme une bête mais je vivais…je vivais dans tout, dans chaque mot…Comment ont-ils pu tout fermer ? Comment ont-ils pu foutre les gens dehors ? Qu’est-ce que je vais devenir maintenant ? »

Biographie de l’auteur : Né en 1956, il fait des études d’histoire et de philosophie à Bucarest, enseigne, écrit une quarantaine de pièces de théâtre, un roman et plusieurs scénarii de films. Son œuvre étant systématiquement censurée, il s’installe en France en 1987, ayant obtenu le statut de réfugié politique. Après un premier succès à Lyon en 1992 avec Les Chevaux à la fenêtre, il enchaîne les créations, tant à Paris ( Théâtre du Rond-Point, Studio des Champs Elysées, Théâtre de l’Est parisien) qu’en Province et à l’étranger.

Face au public : Création pour le Festival d’Avignon 1996, devant le Théâtre de l’Alinéa Prix "Coup de pouce off 96"

« En 1995, déjà au Festival d’Avignon, Matéî Visniec nous gratifiait de la pièce au titre le plus long. Cette année, au même endroit, Le Dernier Godot détient le record de la pièce la plus courte. 27 minutes suffisent à poser la rencontre imaginaire entre Beckett et l’un des inconnus les plus célèbres : Godot. Cette rencontre originale, entre la créature et le créateur, montre un Godot mécontent de n’avoir pu s’exprimer dans En attendant Godot, priant Beckett de modifier sa pièce et de le faire ainsi intervenir ne serait-ce que pour dire un simple mot. La création de Visniec et la mise en scène de Michel Belletante respectent scrupuleusement le code de l’absurde des écrits de Beckett, sonne même parfois comme Pour un oui pour un non de Nathalie Sarraute. » Ron Dyens, L’Avant-Scène n°996, octobre 1996

« Ce qui aurait pu être une irrévérencieuse pochade est cri d’alarme : c’est la mort du théâtre annoncée dans et par une société qui ferme les portes à la Parole. C’est, malgré tout, l’espoir indéracinable que là où il y a auteur, deux acteurs et deux, trois, cinq spectateurs, tout est encore sauvé. C’est du Visniec, donc du grand théâtre. » Edmée Santy, Le Provençal, 21 juillet 1996

« Visniecissimo. Deux hommes se retrouvent dans la rue, à la porte d’un théâtre…dont ils viennent de se faire expulser. Rebuts de l’univers scénique ? de l’imaginaire ? (…) Matéî Visniec n’est pas Beckett, mais ce jeune auteur roumain établi en France rend, dans ce texte bref, un hommage à la fois tendre et ironique à celui dont il revendique la filiation spirituelle.(…) Si l’univers de Visniec est aujourd’hui si apprécié du public français et des compagnies, c’est beaucoup à Christian Auger qu’on le doit. Récompense de ce militantisme artistique : trois Visniec sont programmés dans le « off » (Les Chevaux à la fenêtre et Petit boulot pour vieux clown) ainsi qu’une série de lectures à l’Alinéa. » J.-Ph. Mestre, Le Progrès, 19 juillet 1996

La Compagnie Pli Urgent : « Pour Christian Auger, Avignon rime avec diffusion : « On y va pour vendre, même si cela nous coûte cher ! » Pas de soutien des pouvoirs publics pour sa compagnie lyonnaise Pli Urgent, qui s’affiche pour la troisième fois en off. « Pour notre première participation, en 1993, nous avons fait un emprunt, les comédiens n’étaient pas payés. Mais nous avons trouvé des coproducteurs. Depuis un an, nous n’investissons plus à perte. », déclare-t-il. Comment tire-t-on son épingle du jeu parmi les quatre cent cinquante spectacles du off, dans un petit théâtre de quarante places, avec un auteur roumain encore inconnu en France ? « Avec Du Pain plein les poches, première pièce de Visniec, le bouche à oreilles avait bien fonctionné, et, pour la deuxième année, avec L’Histoire des ours panda, c’était plein tout le temps. » Alors, pour souffler le cinquantième festival, Christian Auger a choisi une pièce de son écrivain fétiche sur…le théâtre justement. Et foin de tréteaux ! Le Dernier Godot ira à la rencontre de son public sur les scènes de rue et dans les bars. » Marie Claire, juin 1996

Christian Auger : www.alyon.org : biographie de l’acteur et metteur en scène, rubriques « théâtre », « Alain Sergent »

Quelques sites :
- www.sitartmag.com : archives théâtrales 1999-2004 ; de nombreux articles sur les pièces et sur l’auteur
- www.seineetdanube.com : revue littéraire critique et philosophique, France-Pays de l’Europe centrale et de l’Est ; analyse de deux pièces de Visniec : Du Pain plein les poches et Attention aux vieilles dames.
- www.lmda.net : Le Matricule des Anges, magazine indépendant de littérature ; Articles en ligne de deux des pièces de Visniec : Paparazzi / La Femme comme champ de bataille et Attention aux vieilles dames rongées par la solitude
- www.theatre-contemporain.net : biographie détaillée de Visniec
- www.cie-les-passagers.com : pour la pièce Homme poubelle de Visniec, créée en 2004
- www.theatre-presquile.com : dossier sur Les Laveurs de cerveaux de Visniec, jouée en Avignon au Festival off 2005, mise en scène par Michel Vivier.
- www.humanite.presse.fr : archives gratuites du quotidien, article du 21 juillet 1999 sur la pièce Pourquoi les aiguilles d’une montre tournent-elles dans le sens des aiguilles d’une montre ?, créée par la Compagnie Pli Urgent et jouée en Avignon, d’après plusieurs nouvelles de Monzo.


- EAN : 9782909781402 
- Disponible : oui
- Composition : 66 pages ,119 x 195 mm, broché, 73 g,
- Paru en juillet 1996, création pour le Festival d’Avignon 1996
8.98 €
Commander