Vous êtes ici : Accueil boutique / L I T T E R A T U R E / ROMANS / ELLE, elle a sauvĂ© les autres- IRENA SENDLER

ELLE, elle a sauvé les autres- IRENA SENDLER

ELLE, elle a sauvé les autres-  IRENA SENDLER
David BARRE,

Agata MOZOLEWSKA

IRENA SENDLER

  « A l’entrée de l’Allée des Justes à Yad Vashem, cinq caroubiers représententdes Justes emblématiques. Entre un néerlandais, un letton,le couple Trocmé du Chambon et Raoul Wallenberg, Irena Sendler témoigne pour les Justes de Pologne, mais son message est universel et le comité Nobel aurait été bien inspiré de lui décerner le prix de la Paix avant sa mort toute récente. Si le terme d’héroïne de la paix a un visage,c’est les sien. Il est bon que son histoire soit écrite. »

Richard Prasquier,Président du CRIF et Président d’honneur du Comité français pour Yad Vashem.noy

 


Tiré de www.livres-a-lire.net

 

Née le 15 février 1910 et décédée il y a tout juste un an à l’âge de 98 ans, Irena Sendler est longtemps restée méconnue en Pologne où pourtant elle fut une figure de la résistance durant la seconde guerre mondiale. Par son action, elle a sauvé 2 500 enfants juifs au risque de sa vie en les faisant sortir du ghetto instauré par les nazis dans un quartier de Varsovie.  Elevée dans l’amour de son prochain, elle aimait à répéter cette petite phrase que lui avait inculquée son père, médecin pour les pauvres : "Aide toujours celui qui est en train de se noyer, sans considération de religion ou de nationalité". C’est donc tout naturellement qu’elle devint infirmière puis assistante sociale auprès des familles pauvres de Varsovie.

 

Dès la création du ghetto de Varsovie par les occupants nazis en 1942, elle prit des risques considérables pour aider ses occupants, leur faisant parvenir nourriture, vêtements et médicaments. Par la suite, elle en fera sortir clandestinement des enfants, leur fournissant de faux papiers et les plaçant dans des orphelinats ou des familles d’accueil. Le 20 octobre 1943, elle est arrêtée par la Gestapo, torturée et condamnée à mort. Miraculeusement sauvée grâce à la corruption d’un officier allemand, elle continuera son travail sous une fausse identité.

 

Le mémorial israélien de l'Holocauste, le Yad Vashem, lui a décerné en 1965 le titre de "Juste parmi les Nations", réservé aux non-juifs qui ont sauvé des juifs.  En 2003, elle a reçu "L'Ordre de l'aigle blanc", la plus haute distinction civile polonaise. En 2007, élevée au rang d'héroïne nationale, son nom est proposé par le président polonais à cette époque, Lech Kaczynski, pour le prix Nobel pour la Paix.

 

C’est la vie de cette femme que retracent David Barré et Agata Mozolewska dans leur livre. Ce livre qu’ils ont écrit avec la bénédiction et les encouragements d’Irena Sendler qui en a profité pour leur rappeler les grandes lignes de son engagement. L’écriture à la première personne du singulier et les nombreux dialogues rendent le récit plus vivant, plus dynamique, plus réel, permettant une meilleure identification du lecteur au personnage principal ainsi qu’un incroyable sentiment d'empathie. Par bien des aspects, il me rappelle le journal d’Anne Franck. Ce livre mérite à être connu, tout comme Irena Sendler.

.noy  On m’a noyade,

 

18.77 €
Commander