search

3.5.TROIS TRAITES INEDITS, PHILALETHE, suivi de Cinq brefs Traités ...

72,51 €

TROIS TRAITES INEDITS, PHILALETHE, suivi de Cinq brefs Traités de WEIDENFELD, DE RUPESCISSA, PARACELSE, BERNARD TRÉVISAN, ARTÉPHIUS, Précédé de DE L’ADMIRABLE MYSTÈRE DE LA TERRE, Collection dirigée par CHALYBE 

COMMENTAIRES SUR  TRÉVISAN ET ARTÉPHIUS ET ABRÉGÉ DU SECRET DES SECRETS, suivi de Cinq brefs Traités de WEIDENFELD, DE RUPESCISSA, PARACELSE, BERNARD TRÉVISAN, ARTÉPHIUS

ISBN 978-2-8103-0276-5, 480 pages, 17 x 24 cm,  15 illustrations couleur, édition numérotée et limitée

NDE :  Les publications de CHALYBE ont été toujours accompagnées d’une expertise largement commentée. Ainsi, nous avons déjà publié 4 des 5 éléments : L’Eau,  Le Feu,  l’Air,  La Quintessence, dans ses précédents ouvrages des anciens Maîtres Alchimistes. Avez-t-il oublié le 4e élément : La Terre ?

Quantité

Résumé

Quoique nous ayons fait choix d’encenser l’Abrégé du Secret des Secrets, les deux Commentaires sur Trévisan et Artéphius qui lui sont alliés, comparativement, ne déméritent en aucune façon quant à leur valeur philosophique. Mais par respect pour une pensée aussi subtile que profonde quant aux dénouements efficients des Secrets de la Nature, parfaitement synthétique et indissolublement conjointe aux pratiques alchimiques, à savoir en hommage au parcours terrestre et spirituel de PHILALÈTHE, nous avons préférablement suivi la voie chronologique pour restituer, selon qu’il l’entendît lui-même, son Enseignement arcanique, échelonné. C’est pourquoi cet ouvrage conséquent, l’Abrégé rédigé, disions-nous, entre 1694 et 1695, occupera la troisième et dernière place, clôturera ainsi ce Spicilège.

À nos yeux ces Traités, outre qu’ils ne s’apparentent pas moins, chacun d’entre eux et en égalité de qualité, à des Chefs-d’œuvre de doctrine hermétique, réunis ici, forment en définitive autant un Corpus indissociable qu’une Trinité philosophale. Nous dirons, en outre, que le premier s’en montre, rétrogradé par nous à cette place, le bouquet final, en quelque sorte exprime ou traduit-il l’Apothéose ou le Triomphe surréel, autrement dit la Dignité adeptale, auquel parvint, relativement jeune, le Philosophe anonyme.

Extraits 

Ainsi allons-nous laisser maintenant le soin à l’Admirable Mystère de la Terre, cette fois-ci dans sa toute magnificence, de manifester au grand jour quelles sont les qualités et propriétés naturelles et supernaturelles dudit quatrième élément aristotélicien, nommément la TERRE, autrement dit le SEL ou SCEAU, ainsi que l’objectif ou le but médicinal qu’il induit et vers lequel tout authentique alchimiste se doit seulement conduire. Nous tâcherons de rendre compte quant au Mystère ou grand Arcane de la TERRESTRÉITÉ, de ce que nous devons qualifier de Miracle : à savoir la Transmutation de l’ÉPHÉMÉRÉITÉ congénitale, caractérisée par la lourdeur, l’imperfection, les débilité et mort inscrites ou comme encodées structurellement dans la substance unique par laquelle la Nature naturante créa et forgea tous ses fruits, en la FIXITÉ ou MATURITÉ plus que parfaite, incorruptible et immuable, dont nous pouvons affirmer que la PIERRE MÉDICINALE ou l’AURUM POTABILE des Anciens et le SEL TRANSMUTATOIRE, en demeurent, à notre échelle microcosmique, les uniques, inédits et surréels représentants.

 …/…

Si nous tenons compte de la dépréciation morale qui accable les Sociétés civiles et de la corruption qui mortifie la majeure partie des membres de notre Humanité, il me semble nécessaire que les hommes de bonne volonté puissent garder l’espoir de parvenir sur le seuil du Sanctuaire de la Nature et conséquemment, devant la porte du Cénacle des Sages. Ce qui ne saurait se faire si nous autres Philosophes et Adeptes, quoique nous nous faisions physiquement rares à leur vue, nous ne rendions pas plus intelligibles comme ne l’ont-ils jamais été (à cause des Alchimistes envieux), les préceptes hermétiques ou la Doctrine d’Hermès, de même que les procédés alchimiques ou la secrète Pratique. Et outre si nous ne déclarions ni n’avouerions pas clairement : quelle est la nature des choses avec lesquelles nous œuvrons, l’ordre ou laquelle est la linéarité des opérations alchimiques ; quels sont les instruments qui lui sont propres, à savoir lesquels sont les véritables matières, feux, vaisseaux, couleurs et temps ; quels sont les procédés et tours de main pour parachever la Pierre, ainsi que les ouvrages annexes ou lesdits particuliers ; etc.

 

Table

 DE L’ADMIRABLE MYSTERE DE LA TERRE de CHALYBE 

Avant-Propos

De l’Abrégé Philalèthien

Ce qu’il convient de retenir des Épilogue et Prodrome Weidenfeldiens

L’Alchimie Eschatologique Rupescissienne

Du Mysterium Magnum

De la céleste Salinéité

Des Arcanes et Magistères du Sel

Du Mercure de Vie ou Ciel Paracelsien

De la Filiation du Sel Harmoniac

L’Élixir Blanc et la Pierre Rouge, fixes et parfaits, du Rosaire d’Arnaud

Du Commentaire inédit sur la Réponse Bernardienne

Bernard de Trèves ou de la Marche Trévisane ?

Du Commentaire inédit Artéphiusien

Des Cavillations, Cachotteries ou Mystères

Du Vinaigre très-aigre ou des Montagnes

CINQ BREFS TRAITÉS DES AUTEURS WEIDENFELD, DE RUPESCISSA, PARACELSE, BERNARD TRÉVISAN, ARTÉPHIUS, DANS LESQUELS SONT CLAIREMENT EXPLIQUÉES LA NATURE COMPOSÉE ET LES QUALITÉS DES FEUX SECRETS DES SAGES, QUE NUL FEU AU MONDE NE SAURAIT ÉGALER

Épilogue du Livre premier des Secrets des Adeptes et Prodrome au Livre Second des Médecines ou plutôt de la Composition du Cinquième Livre des Matière et Préparation de l’Esprit de Vin Philosophique, de Weidenfeld

Livre de la Lumière ou de la Véritable Confection de la Pierre des Philosophes, de De Rupescissa

Clef ou Dixième Livre des Archidoxes, tiré d’un plus ancien Manuscrit Allemand et composé en Dix Chapitres, de Paracelse

Réponse de Bernard de Trèves, Allemand, dit Comte de la Marche Trévisane, à Thomas de Bologne, Médecin du Roi de France Charles VIII, de Bernard Trévisan

Livre Secret du très Ancien Philosophe, traitant de l’Art Occulte et de la Pierre Philosophale, de Artéphius

COMMENTAIRE SUR BERNARD, COMTE DE LA MARCHE TRÉVISANE, TOUCHANT SA CÉLÈBRE RÉPONSE AU PHILOSOPHE THOMAS DE BOLOGNE, MÉDECIN DU ROI DE FRANCE

Il n’est pas d’Art en l’Absence de Flambeau

Où il est Question des cachotteries ou Mystères

De l’Ouvrage de la Génération ou de l’Allégation Concordante

Première Allégation ou de la Dispute sur l’Ouvrage naturel de l’Or

Du Soufre ou de la Deuxième Allégation Concordante

Des Trois Principes ou de la Troisième Allégation Concordante

Quatrième Allégation ou de la Dispute sur le Mercure Commun

Cinquième Allégation ou de la Dispute sur l’Eau Bouillante prétendument Reviviscente

Sixième Allégation ou de la Dispute sur la Diaphanéité

Septième et Dernière Allégation ou de la Dispute sur la Gomme et l’Huile

COMMENTAIRE SUR ARTÉPHIUS, TOUCHANT LE LIVRE SECRET DU TRÈS ANCIEN PHILOSOPHE

Du Premier Éclaircissement ou de la Vérité cachée sous l’Obscurité

Du Deuxième Éclaircissement ou du Vinaigre Antimonial et Saturnial

Du Troisième Eclaircissement ou du Vinaigre très-aigre, Véritable Sel Harmoniac

Du Quatrième Éclaircissement ou du Second Œuvre

Du Cinquième Éclaircissement ou du Premier Mercure

Du Sixième Éclaircissement ou du Second Mercure

Du Septième Éclaircissement ou de la Vraie Clef de l’Art

Du Huitième Éclaircissement ou de l’Eau Ignée et fort Secrète des Sages, appelée Bain-Marie

Du Neuvième Éclaircissement ou de la Nature Amendant

Du Dixième Éclaircissement ou de la Multiplication

Récapitulation de l’Élixiration

ABRÉGÉ DU SECRET DES SECRETS OÙ TOUT L’ART CABALISTIQUE EST MIS À DÉCOUVERT

Prémices où l’Art est affirmé de même Nature que celle du Phœnix

Proposition 1 - De l’Aqua-Ignis des Adeptes

Proposition 2 - Comment l’Erreur conquit le Monde

Proposition 3 - Première Dispute contre les Auteurs Envieux

Proposition 4 - Seconde Dispute contre l’Obscurité de Paracelse et de ses Disciples

Proposition 5 - La Réconciliation des Maîtres

Proposition 6 - Où gît le Secretum Secretorum ou l’Arcanum Arcanorum

Proposition 7 - La Liqueur Animale qui rend les Savants Incrédules

Proposition 8 - Du Vin Rouge et Blanc et du Tartre des Philosophes

Proposition 9 - Du Soufre Auré et du Plomb des Sages

Proposition 10 - La Voie de la Vérité

Proposition 11 - Troisième Dispute ou du Mercure des Philosophes

Proposition 12 - Quatrième Dispute ou du Soufre des Sages

Proposition 13 - Cinquième Dispute ou de l’Ouvrage Multiplicatif

Proposition 14 - Sixième Dispute ou de l’Ouvrage Augmentatif

Proposition 15 - Septième Dispute ou du Feu Secret des Alchimistes

Proposition 16 - Huitième Dispute ou du Sel des Sages

Proposition 17 - Neuvième Dispute ou du Secretum Secretorum

Proposition 18 - Dixième Dispute ou des Régimes de l’Art

Proposition 19 - Onzième Dispute ou des Matières et Procédures canoniques

Proposition 20 - Douzième Dispute ou des Temps Philosophiques

Épilogue ou Dénouement du Secret des Secrets

Although we have chosen to praise the Digest of the Secret of Secrets, the two Commentaries on Trevisan and Artéphius which are allied with it, comparatively, do not in any way demerit as to their philosophical value. But out of respect for a thought as subtle as it is deep as to the efficient outcomes of the Secrets of Nature, perfectly synthetic and indissolubly combined with alchemical practices, namely in homage to the earthly and spiritual journey of PHILALÈTHE, we have preferably followed the chronological path to restore , as he understood it himself, his Arcane Teaching, staggered. This is why this substantial work, the Abrégé written, we were saying, between 1694 and 1695, will occupy the third and last place, thus closing this Spicilège.

In our eyes, these Treaties, in addition to the fact that each of them and in equality of quality are no less akin to Masterpieces of hermetic doctrine, brought together here, ultimately form as much an inseparable Corpus as ‘a Philosopher’s Trinity. We will say, moreover, that the first shows itself, demoted by us in this place, the final bouquet, in a way expresses or does it translate the Apotheosis or the Surreal Triumph, in other words the adeptal Dignity, to which arrived, relatively young, the anonymous Philosopher.

Sebbene abbiamo scelto di elogiare il Digest of the Secret of Secrets, i due Commentari su Trevisan e Artéphius che sono alleati con esso, comparativamente, non demeritano in alcun modo il loro valore filosofico. Ma per rispetto di un pensiero tanto sottile quanto profondo quanto agli esiti efficienti dei Segreti della Natura, perfettamente sintetici e indissolubilmente combinati con pratiche alchemiche, ovvero in omaggio al viaggio terreno e spirituale di PHILALÈTHE, abbiamo preferibilmente seguito il Il percorso cronologico per ripristinare, come lui stesso lo intendeva, il suo Insegnamento Arcano, vacillò. Ecco perché quest’opera sostanziosa, l’Abrégé scritta, dicevamo, tra il 1694 e il 1695, occuperà il terzo e ultimo posto, chiudendo così questo Spicilège.

Ai nostri occhi, questi Trattati, oltre al fatto che ciascuno di essi e in termini di uguaglianza di qualità non sono meno simili a Capolavori di dottrina ermetica, riuniti qui, in ultima analisi, formano un Corpo inseparabile quanto la «Trinità di un filosofo». Diremo, inoltre, che il primo si mostra, degradato da noi in questo luogo, il bouquet finale, in un modo esprime o traduce l’Apoteosi o il Trionfo Surreale, ovvero la Dignità adepta, a cui è arrivato, giovane, il filosofo anonimo.