search

PROCESSUS POLITICO-RELIGIEUX DANS L'ALGERIE COLONIALE- H. Atrous

20,85 €

Processus politico-religieux dans l'Algérie coloniale  de Hocine Atrous,  Préface de Cheikh Khaled Bentounès,

194 p. 165 x 240, Nbreux Ill. & Documents   ISBN 978-2-8103-0302-1

Rayons : Histoire moderne, Anthropologie, Algérie...

Mots-clés : Alawiyya - Oulémas - Cheikh Al-Alawi - ibn Badis - Larbi Tébessi - Abderlkader ...

L’auteur démontre comment les autorités coloniales françaises se sont appuyées sur tout un réseau de notables religieux musulmans qu’elles avaient mis en place pour asseoir leur domination sur la population autochtone. 

Quantité

Cheikh Khaled Bentounès : L’Algérie s’apprête à célébrer les 60 ans de son indépendance... il reste à revisiter les petites histoires qui ont fait l’Histoire et tenter, par une lecture objective et contrastée des évènements qui ont noirci les pages de l’histoire de nos siècles passés, de dépassionner le présent... C’est cet effort courageux qui est entrepris depuis plusieurs années par de jeunes historiens ....

Hocine Atrous, l’auteur de la présente étude  a tenté d’apporter sa contribution en décrivant les processus politico-religieux qui ont conduit à la manipulation des autorités coloniales d’alors en Algérie en opposant entre elles les forces vives musulmanes du pays... Les recherches effectuées par l’auteur sur les acteurs principaux, les confréries religieuses se réclamant du soufisme (taçawwuf) et l’association des oulémas algériens de tendance réformiste néo-wahhabite, nous éclairent sur la situation de l’époque qui reste encore mal connue du grand public.

David Frapet : 

Le contenu de cet ouvrage, Processus politico-religieux dans l’Algérie coloniale, s’inscrit dans l’affirmation du principe incontournable du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Il demeure d’une brûlante actualité, car tout ce que le peuple algérien a subi comme violence physique et symbolique de la part de la métropole colonisatrice, d’autres peuples l’ont subi avant lui, et le subissent encore, y compris en Europe. L’auteur démontre comment les autorités coloniales françaises se sont appuyées sur tout un réseau de notables religieux musulmans qu’elles avaient mis en place pour asseoir leur domination sur la population autochtone. L’ ouvrage montre également que les agents locaux opposés à la colonisation française ne formaient pas un bloc homogène, mais qu’ils se répartissaient plutôt en diverses tendances, réformistes ou traditionalistes. L’approche des structures religieuses sont particulièrement développées, en faisant découvrir au lecteur de nombreux figures politiques, journaux, et plusieurs cheikhs soufis, en s’appuyant sur l’exemple de la tariqa alawiyya ou l’association des Oulémas. De plus, dans cet ouvrage, nous rencontrons des personnages très hauts en couleur, aux limites du Romantisme, tels que Roches ou le colonel Schœn. Roches - pour ne précisément citer que lui –, converti à l’Islam, fut un temps le secrétaire de l’émir Abdelkader, puis servit ensuite les autorités coloniales avec zèle, au point de solliciter des grandes universités islamiques, l’édiction de fatwas en faveur de la colonisation française pour ôter toute légitimité politico-religieuse à quiconque appellerait à combattre les Français sur le territoire algérien. Ce livre permet aussi de se familiariser avec l’histoire de l’association des Oulémas algériens fondée en 1931, une structure qui joua un très grand rôle dans l’histoire de l’Algérie moderne. Hocine Atrous apporte ainsi un éclairage original et neuf sur l’histoire de la colonisation de l’Algérie par la France entre 1830 et 1962.

Hocine ATROUS : Diplômé de l’université de l’Emir Abdelkader de Constantine et de l’université Lumière de Lyon, Hocine Atrous est historien et conférencier.  Il publie, traduit des textes et participe à des débats sur des sujets liés à la Tradition musulmane pour une meilleure approche auprès d’un large  public. Déjà publié « Les 99 noms de Dieu dans la Tradition musulmane » et de nombreux articles dans la revue Matières à Penser.